Vous êtes ici : Sommaire > Sorties et Voyages > Echange avec Sonthofen 2011 > Les élèves français à Sonthofen
Par : J.Fleury
Publié : 14 avril 2011

Les élèves français à Sonthofen

Échange avec Sonthofen



Cette année encore, le Collège Val Saint-Denis a proposé aux élèves de 4ème et 3ème de participer à l’échange linguistique qui existe depuis plus de 30 ans.

Mardi 8 février, 5 heures 45 du matin, il y a déjà affluence devant le collège : les élèves germanistes se pressent pour monter dans le car de Friedrich Göhl qui doit les emmener à Sonthofen, la ville la plus au Sud de l’Allemagne, à la rencontre de leurs correspondants.
La route est longue, mais c’est dans une bonne humeur générale que s’effectuent les 13 heures de trajet.









Peu avant 19 heures, les 27 élèves et leurs 3 accompagnatrices, Mmes Gammal, Bélaïd et Dunet, arrivent devant le lycée où les attendaient les correspondants et leurs parents. Une fois les présentations effectuées, c’est avec joie, mais non sans une certaine appréhension, que les élèves s’apprêtent à passer leur première soirée en famille et… en allemand !









Mercredi 9 février : à la découverte de l’établissement et de la ville









Frau Pileri, le professeur de français qui, cette année, coordonne l’échange, nous accueille au réfectoire et 6 élèves se chargent de faire visiter le lycée, en allemand pour les élèves de 4ème bilangue, en français pour les 4ème LV 2. Malgré les travaux de rénovation en cours, les Français sont impressionnés par la taille et la fonctionnalité de l’établissement.









L’échange est officiellement lancé par le discours de bienvenue du proviseur, M. Thiele, qui se réjouit de la pérennité de l’appariement avec le collège de Pavilly et souligne le travail accompli par les professeurs, notamment Mme Pileri, qui coordonne l’échange pour la toute première fois. M. Vogt, adjoint au maire de Sonthofen, était également présent : dans un français admirable, il a souhaité à tous la bienvenue en se remémorant l’importance qu’avait eu pour lui, 20 ans plus tôt, son échange linguistique en termes d’enrichissement personnel à la découverte d’une autre culture.









Après la récréation, les élèves partent en cours. Là aussi, grande découverte : les heures de cours ne durent que 45 minutes, mais personne ne chôme. Il règne dans les salles de classes une ambiance studieuse et détendue : malgré notre présence, les élèves allemands sont très attentifs à ce que dit leur professeur – ce que ne manquent pas de constater les élèves français.









Pause déjeuner bien méritée dans la cantine flambant neuf, puis les élèves se dirigent vers le centre ville où ils participent à un rallye-découverte en compagnie de leurs correspondants.









De retour au lycée, leur travail collectif est mis à l’honneur autour d’un verre de l’amitié. C’est également le moment qu’ont choisi les professeurs pour leur faire composer ce qui va devenir le « refrain » de l’échange : en groupes mixtes, les élèves devaient laisser libre cours à leur imagination et composer une strophe de 4 vers, 2 vers en allemand, 2 vers en français, où ils mettaient à l’honneur l’échange, Sonthofen et Pavilly.
Bravo à Ann-Sophie, Audrey, Estelle, Lisa, Selina, Verena et Virginie !









Jeudi 10 février : séances de travail sur le projet pédagogique





Cette année, les élèves partent à la découverte de la cuisine et des habitudes alimentaires allemandes. Les élèves allemands ont préparé des activités permettant aux Français de s’imprégner du vocabulaire spécifique en pratiquant des jeux de rôles, puis, après avoir fait diverses expériences autour du goût et de sa chimie, ils ont suivi avec attention une présentation du miel préparée par un collègue apiculteur amateur.







L’après-midi est consacré à la célèbre émission franco-allemande Karambolage qui, sur un ton ludique et humoristique, met en lumière ce qui rapproche ou différencie ces deux cultures, tant du point de vue linguistique que culturel, avec les habitudes ou petites manies de ses habitants.









Vendredi 11 février : L’art et les aliments





Les arts sont à l’honneur aujourd’hui : après deux heures d’observation de cours, les élèves font la connaissance de M. Lampadius, professeur d’arts plastiques, qui met à contribution Français et Allemands pour réaliser une nappe franco-allemande. À chacun de représenter, à plat ou en volumes, ce qui lui semble le plus emblématique de la culture alimentaire de son pays.










Après-midi cinéma : Le chocolat, film de Lasse Hallström sorti en 2001, met à chacun l’eau à la bouche en prélude à la dégustation des fontaines à chocolat…


En ouvrant une confiserie à proximité de l’église, Vianne bouscule le paisible village de Lansquenet qui entre dans le jeûne du carême. En proposant d’irrésistibles confiseries chocolatées, Vianne attire les gourmands, et la haine de ceux qui craignent que ses friandises n’amènent les fidèles au péché. Le Comte de Reynaud, maire du village, s’oppose farouchement à la mystérieuse chocolatière.















Week-end en famille





Pour beaucoup, le carnaval était au programme !












Lundi 14 février : excursion à Munich












Mardi 15 février : à Sonthofen et aux alentours












Et nous repartons avec un bretzel tout frais !




Un bretzel doit être mangé le jour de sa fabrication. Il est composé d’eau, de farine, de sel et de levure de boulanger, que l’on fait d’abord pocher à l’eau additionnée de bicarbonate de soude puis on le saupoudre de gros sel avant la cuisson au four. La forme est également très importante pour un bretzel bien réussi. Il faut donc les façonner de la bonne manière : la plus traditionnelle consiste à former un long boudin de pâte, d’en croiser les deux bouts en le lançant rapidement en hauteur pour réussir le nœud au milieu. Il ne reste plus qu’à pratiquer les incisions caractéristiques du Bretzel souabe que nous avons dégusté !



Visite à la ferme pour 17 élèves












Les 10 autres nous préparent le déjeuner ! Au menu : Kässpatzen !












Un grand merci à tous les cuisiniers en herbe qui nous ont régalés !

Une promenade digestive s’impose …















Mercredi 16 février : excursion à Füssen





Neuschwanstein est le château le plus visité d’Allemagne. La construction de ce château féerique fut initiée par le roi Louis II de Bavière en 1869. Il souhaitait, avec cette réalisation, évoquer l’univers d’un artiste qu’il affectionnait particulièrement : Richard Wagner. Le château de Neuschwanstein, dressé au sommet d’un éperon rocheux haut de 200 mètres, le Schwanstein, est un pur produit de l’imagination du roi. Pour pouvoir élever le château de ses rêves, Louis II fit dynamiter la montagne afin d’abaisser de 8 mètres le socle de deux anciennes constructions. Neuschwanstein aurait notamment inspiré Walt Disney pour la création du château de la Belle au Bois Dormant.









En 1867, lors d’un voyage en France, Louis II visita le château de Pierrefonds. L’idée de mélanger ce style architectural néo-gothique à celui, médiéval, de la Wartburg en Thuringe donna un résultat flamboyant : Neuschwanstein. Le château fut construit entre 1869 et 1886 dans un style romantique, fier, avec des tours pointues et des créneaux.















Pause déjeuner à Füssen









Puis, départ pour la Wieskirche !


Le nom, Wieskirche, signifie l’église dans la prairie ; il décrit parfaitement cette église située en rase campagne à environ 15 minutes au nord de Füssen.


Cette église a été construite entre 1746 et 1754 par les frères Zimmermann en hommage à un crucifix miraculeux qui, en 1738, aurait pleuré des larmes de sang. L’église reste un lieu de pèlerinage ainsi qu’une attraction touristique par son style rococo flamboyant et sa célèbre porte du paradis, une peinture en trompe l’oeil qui semble vous suivre : où que vous vous trouviez dans l’église, vous serez toujours face à elle !









Jeudi 17 février : dernier jour à Sonthofen





La fatigue est perceptible, mais après les désormais traditionnelles heures de cours, direction Wonnemar, LA piscine à sensations de Sonthofen !









L’après-midi a lieu le goûter de clôture : les pâtisseries, confectionnées par les Français aidés par leurs familles, ont vite disparu dans les estomacs affamés par cette matinée sportive !












Vendredi 18 février – 7h30


C’est le jour des « au-revoir » et des derniers cadeaux ; personne n’a réellement envie de partir mais se réjouit également de revoir les siens, avec la joie de raconter tout ce qu’ils ont vécu.









Grâce à une météo printanière et des journées bien remplies, les élèves comme leurs accompagnatrices sont repartis heureux de l’expérience bavaroise et se réjouissent déjà à l’idée d’accueillir les correspondants début mai.







Fortsetzung folgt…